Sur le web, il n’y a pas besoin de faire beaucoup d’effort pour trouver le tuto qui fera de n’importe qui la star de Twitter. Néanmoins, une multitude d’élements complexes entrent en compte. C’est dans cette logique qu’a été créé, via une étude, cet outil en ligne, permettant de maximiser la qualité de vos tweets.

Twitter

Une étude de la National Science Foundation et du grand manitou Google a donnée naissance à un algorithme qui améliore la construction des phrases, qui priorise les mots clés, etc. Bref, le tout étant de bonifier la popularité et la viralité de vos tweets.

En contrôlant la popularité du twitto ainsi que le sujet de ses intéractions, les auteurs de l’étude ont rassemblé des milliers de paires de tweets à travers une multitude de comptes. Ils ont par la suite analysé le nombre de partage par rapport aux expressions clés proposées, des personnes atteintes par les dits tweets, ainsi que d’autres facteurs, comme la langue d’utilisation familière au public visé, la compatibilité des cibles, etc.

Le principe est simple : vous écrivez un premier tweet sur un sujet lambda, vous en écrivez un autre sur le même sujet dans la case prévue à cet effet, l’algorithme mis en place s’occupe du reste. Il indique, en vert, le tweet qui aura le plus de chance d’être retweeté. Propre.

Les résultats de cette étude ne s’arrêtent pas là. Au-delà de proposer un service permettant de tweeter de la manière la plus viable possible, elle recommande également de proposer un contenu détenant un avis (positif ou négatif). En effet, ceci rendrait la chose aisée à assimiler pour l’internaute, et donc plus facilement retweetable pour ce dernier. L’expression à la première personne serait aussi à bannir, toujours selon l’algorithme.

Quelques limites

Néanmoins, cet outil, qui pourrait s’avérer utile pour un grand nombre de twittos, nous y compris, comporte certaines limites. Par exemple, selon l’algorithme, il suffirait d’ajouter tout simplement « retweet » ou « please » ainsi que ses diverses variantes afin d’augmenter considérablement ses chances de proposer un tweet viral. Chez 101 Touches, nous en doutons, bien que nous soyons convaincus que la politesse est de rigueur dans n’importe quelle circonstance.

101 touches, les limites

En fin de compte, il est à noter que leur travail ne s’arrête pas là. En effet,  les chercheurs sont toujours en train d’étudier un moyen de capter l’humour et l’intelligence dans un tweet afin d’améliorer leur programme. Ils n’y sont pas parvenu jusqu’à présent. C’est donc aujourd’hui un outil pouvant être profitable, incomplet, mais qui laisse présager de belles promesses pour la suite.