Ce qui est bien connu sur Internet, c’est que tout reste.

Mais il faut ici faire une distinction essentielle : les contenus sont ils conservés ou posés puis laissés à la dérive? Il est commun, sur les réseaux sociaux, de voir des gens parler d’une «perte dans l’Internet», c’est à dire de fouiller si loin l’outil qu’on se retrouve face à des choses incroyables, inimaginables.

Ici, quelque chose que l’on oublie souvent remonte à la surface : il y a derrière chaque contenu un humain qui l’a créée. Artiste, scientifique ou amateur passionné, chacun apporte son aide à la création de l’Internet qu’on connait. Mais à quoi bon? Laisser sa trace? Partager une création ? Montrer quelque chose d’impressionnant?

On peut se demander aussi à quoi bon poser ses questions, se dire qu’Internet est ce qu’il est et qu’il faut en profiter comme il est mais bon, il faut bien que certains réfléchissent (et encore…)

Poubelle ou musée, rassemblement de génies pour certains, d’inventifs inutiles pour d’autres, le Net est pourtant actuellement le plus grand rassemblement d’idées et d’images qu’il ai pu exister (désolé Henri Lamirault pour ta Grande Encyclopédie). Mais que se passe t’il quand on va plus loin que ce qui nous ai donné, quand on va fouiller le coeur d’Internet?

Une grande culture de cette archéologie d’Internet s’est mise en place ces dernières années, et c’est la course au meilleur lien qui s’impose.

J’ai demandé à des amis le lien, l’image, la vidéo vu sur Internet qui les a le plus marqué.

Alexandre :

http://www.staggeringbeauty.com/ (attention à la crise d’épilepsie)

Leila :

Solal :

Arnaud :

http://interneeeeet.com/

Tamaya :

http://www.sadanduseless.com/2014/03/sweater-turkey/

Et pour finir, le mien, la vidéo qui a crée mon amour pour Internet :

Alors, à mettre dans les archives d’Internet ou à laisser s’enliser dans ses entrailles ?
Comme dans l’art, on peut critiquer, mais surement pas dénigrer et juger l’utilité.
Si quelqu’un s’est un jour mis derrière son ordinateur ou sa caméra pour offrir au monde de tels objets, c’est bien qu’il y a une raison, et je suis sur qu’on la découvrira bientôt, en fouillant encore plus loin.