Un visage avec des yeux en cœur, un chat ultramignon ou encore un pouce levé vers le haut. Ces symboles vous sont familiers et c’est normal : ils envahissent l’écran de votre Smartphone.

On avait commencé à les aimer grâce à MSN (minute de silence en souvenir de cette époque révolue, merci), ils avaient presque disparu (si ce n’est une poignée qui survivait maladroitement dans les conversations Facebook), puis ont fait leur grand come-back en 2008 grâce à une application originaire du Japon.

3016256-inline-screen-shot-2013-08-23-at-75444-am

Leur petit nom, c’est emoji. Des icônes qui représentent diverses émotions, mais aussi des animaux, des plantes, des plats, des objets du quotidien en passant par des paysages ou encore la météo. Utilisés à la base par les adolescents pour ajouter une touche de fun et d’esthétisme aux sms, ils sont désormais omniprésents et adoptés par … tout le monde. Compte Instagram de la Maison Blanche, mails pro, tweets de Katy Perry : impossible d’échapper à l’invasion emojis. Pour le meilleur, comme pour le pire.

Entamer la conversion et éviter les quiproquos

Tout commence simplement. On pense à quelqu’un, on a envie de lui écrire un message pour le lui faire comprendre mais malheureusement, c’est toujours délicat d’envoyer « Hé, je pense à toi, alors je t’envoie un texto pour te dire que je pense à toi ». Heureusement, notre téléphone dispose d’un catalogue bien rempli de petits dessins qui pourront parler à notre place. Les romantiques opteront pour l’enveloppe scellée par un cœur rouge, les rigolos par un smiley qui tire la langue, les
audacieux préféreront un ananas. Les choix sont différents mais leur signification est la même : « Viens, on discute un peu toi et moi ». Et en général, ça fonctionne. L’emoji, c’est le « kikou » des années 2000 version remastérisée.

La série GIRLS s’est penchée sur le sujet en dressant un portrait gentiment ironique de cette génération qui n’arrive plus à exprimer ses sentiments et ses désirs – si ce n’est autrement que via des émojis qui ne veulent, au final, pas dire grand chose. Dans une scène particulièrement drôle, Ray tente de faire comprendre à Shoshanna qu’ils n’ont aucun sens.

Shoshanna: « What is wrong with emojis? »
Ray: « A panda next to a gun next to a wrapped gift? It makes no sense. »

Mais attention : même si les emojis semblent faciliter la prise de contact avec autrui, ils peuvent parfois devenir un réel handicap. Qui n’a jamais failli déclencher une troisième guerre mondiale en oubliant d’ajouter un « 🙂 » à la fin d’un texto ? Qui ne s’est jamais retourné le cerveau une nuit entière en se demandant « mais bordel, il veut dire quoi ce « <3 violet» ? ». Qui n’a jamais débattu des heures autour d’un verre parce que « je lui réponds avec le singe qui se cache les yeux ou celui qui se cache la bouche ? ». Oui, l’emoji est un outil dangereux qui exige un certain savoir-faire. Il oblige la personne avec qui vous communiquez à analyser votre message – et bonjour l’embrouille si celui-ci est mal interprété.

Afin d’éviter tout malentendu, il faut parfois savoir renoncer à l’emoji flamme que vous appréciez tant et vous forcer à écrire ce que vous pensez vraiment. Pourquoi ? Parce que «t’es trop bonne, tu me donnes chaud» et «wow, trop envie de faire un barbeuc, on s’organise ça un week-end ?», c’est vraiment pas la même chose.
Paradoxalement, un message sans emoji peut souvent porter à confusion. Essayez pour voir. Un « OK » sera considéré comme froid et mettra votre interlocuteur mal à l’aise. Un « OK » agrémenté d’un smiley jaune qui fait un clin d’oeil fera de vous une personne cool. Tout se joue en une pression du pouce. Une seconde décisive qui fera de vous un connard ou quelqu’un de sympa. Plus que de simples dessins censés ajouter du lol à nos messages, les emojis sont désormais aussi
importants que la ponctuation, si ce n’est plus. Ils sont devenus une langue à eux tout seuls, dont l’alphabet pop et coloré n’est pas prêt de disparaître de nos écrans. Ils sont d’ailleurs sur le point de nous conquérir IRL, du moins c’est ce que laisse penser la marque Moda Operandi, qui vient de lancer une collection de pantoufles-emoji à 340$ la paire.

 chaussons-emoji