Football Manager, c’est ce genre de jeu qui n’hésitera pas une seconde à te rendre accroc, du genre à propulser le commentateur lamba du PMU du coin à la tête du Paris Saint Germain. Tu peux aussi vivre vivre des aventures folles comme récupérer un pauvre club de quatrième division anglaise pour le mener aux sommets de l’Europe. Bon, bref, ce jeu, c’est fort. C’est tellement fort que depuis quelques années, les clubs professionnels commencent à s’y intéresser de plus près.

FMH_2014_key_art

Une base de données immense.

Aux dernières nouvelles, la base de données était estimée à plus de 400 000 joueurs et 20 000 équipes. Ce qui n’est pas rien. C’est principalement pourquoi les recruteurs et certains dirigeants de clubs commencent à surveiller ce qui se trame au sein de ce jeu. Pourquoi ? Parce que la plupart du temps, il est visionnaire. Nombreux sont les joueurs à avoir étés révélés dans FM avant d’exploser dans le monde professionnel. La liste est longue, mais impossible de ne pas citer Marco Verratti, que les puristes connaissent depuis l’opus 2010 et son époque Pescaresi (quand il était à Pescara quoi) où il devenait le crack qu’il est aujourd’hui. Et ce n’est pas le seul à être révélé par FM, on pense aussi à Rooney, Robben, Modric ou encore Falcao, qui était déjà très bien noté avant que Porto ne le ramène en Europe. A croire que, chaque année, l’équipe du jeu se paie un petit aller-retour vers le turfu pour voir qui domine le game. Et ça, les clubs en profitent.

OGC Nice, Everton : Férus de Football Manager

C’est bien connu : aujourd’hui, Football Manager s’affirme comme la meilleure simulation du genre. Et pour cause : le club de football Everton, situé à Liverpool,  a développé un partenariat avec Sports Interactive, studio de développement. Cette collaboration offre au club anglais la possibilité d’obtenir la base de données du jeu avant sa sortie. Ils peuvent donc étudier les stats des joueurs avant les autres. Ce qui leur a notamment permis de chopper le belge Marouane Fellaini, par exemple. A une moindre échelle, l’OGC Nice a également utilisé le jeu afin de recruter Nemanja Pecjinovic  ainsi que l’argentin Fabian Monzon, qui étaient alors des joueurs inconnus en Europe qui se sont par la suite imposés comme étant des titulaires quasi-indéboulonnables au sein de l’effectif niçois. Ces différents éléments attestent le fait que Football Manager peut devenir à terme un complément d’information en or pour les recruteurs du monde entier, l’outil qu’il représente permettrait de faire un premier tri concernant les joueurs à superviser dans la réalité. Evidemment, si cela était une science exacte, ça se saurait.

Le syndrome Mokoena

Lebohang Mokoena, triple ballon d'or Football Manager
Lebohang Mokoena, triple ballon d’or Football Manager

Mokoena, c’est la star des FM 2005/2006/2007. Arraché au Orlando Pirates pour la modique somme de 1 million d’euro, ce mec progressait d’une manière folle tout en claquant entre 30 et 40 pions par saisons, sans forcer. Evidemment, si on vous en parle, c’est parce qu’à part les puristes FM de l’époque, personne n’a jamais entendu parler de ce jeune homme. Et pour autant de joueurs révélés sur le jeu, il y a tout autant voire plus de monstres issus de l’imaginaire des bénévoles qui façonnent les statistiques des joueurs.

Aujourd’hui, Football manager peut se révéler très utiles dans la cellule de recrutement des clubs, car même s’il y a des erreurs, pas mal de prédictions et statistiques des joueurs se sont avérées exactes. Football Manager n’a pas encore remplacé une cellule de recrutement entière, mais c’est tout de même un bel outil que les clubs en quête de joueurs de talent dans certains championnats méconnus, ne négligeront surement pas. Et puis putain, quel jeu. A voir si Varane – Alvarez Balanta sera la meilleure charnière centrale du monde en 2018. Si c’est le cas, on pourra une fois de plus dire que Football Manager revient du futur.