C’était une grande première européenne, un Pokemon Center a ouvert à Paris le temps du mois de Juin. L’occasion de découvrir ou redécouvrir ces petites bestioles pleines de fantaisies et de tendresse.

Petit report de la grande reporter Miss Jirachi

Le Japon en compte près d’une dizaine et New York a pu y goûter durant quatre ans, c’etait par contre bien la première fois que le vieux continent voyait un lieu à la gloire de Pikachu prendre place au coeur d’une capitale. La France est connue pour son affection toute particulière à la culture japonaise, grande consommatrice de mangas et de soupe Miso. Une complicité entre notre pays et cet univers que Junichi Masuda, Directeur des jeux Pokémon, confirme :  » La région de Kalos où se déroulent Pokémon X et Y est en réalité basée sur la France. J’avais décidé que le thème du jeu serait la beauté. En réfléchissant à l’endroit qui y correspondait le mieux, un pays m’est venu à l’esprit : le pays le plus visité par les touristes ; le pays de la mode et de la sophistication culinaire : le pays du raffinement linguistique… la France ! »

C’est donc le 1er arrondissement, rue des halles qu’a ouvert le Pokémon Center mais pour une durée limitée, sa fermeture étant prévue dès la fin du mois de son ouverture, en juin. Ce lieu éphémère a su crée l’évènement à tel point que la boutique s’est très vite retrouvée en rupture de stocks. Mais au delà d’un espace marchand, la volonté de Junichi Masuda était de créer un espace de rencontres entre fans. Ainsi, le Pokémon Center parisien accueillait une rétrospective de la série principale des jeux Pokémon de 1996 à aujourd’hui ainsi que des esquisses préparatoires utilisées pour Pokémon X et Y. Un espace interactif permettait de s’initier au dessein de ces créatures, de récupérer un Pokémon unique (le 19ème motif de Prismillon) et même de câliner la star ultime : Pikachu.pokemon-center-paris-650x433

Issu du développeur japonais Satoshi Tajiri, Pokémon n’est pas qu’un jeu vidéo comme vous l’aurez compris. Initialement jeu de cartes, la licence comptabilise déjà presque deux décennies au compteur et le succès est toujours au rendez-vous. Son aura dépasse largement les frontières nippones, par exemple en 2013, en France, 95% des enfants de six à dix ans connaissaient Pikachu. En plus de ses mangas, de la série qui raconte les péripéties de Sacha ou de ses films, la licence vend de beaux jouets chez le fabriquant Tomy et d’excellent jeux vidéos. D’ailleurs, Pokémon Rubis Oméga et Pokémon Saphir Alpha, qui sont des remakes de jeux parus en 2003 sur la Gameboy Advance (Rubis et Saphir, don’t forget) passeront donc à la tridimensionnalité de la 3DS. L’histoire se déroulera sur Hoenn et le joueur aura pour tâche de percer les secrets que renferment les Méga-évolutions. En fouillant dans l’historique des logos de ces deux nouveaux jeux, on découvre qu’ils ont été crées en 2012. Le projet est dans les tiroirs depuis déjà bien longtemps et on peut s’attendre à quelque chose de très bon comme en témoigne ce trailer. Les deux titres sont prévus pour le 28 novembre.